Lutte contre le décrochage

Les services externes présentés ci-dessous constituent des ressources utiles pour les écoles, dont les interventions devraient idéalement être sollicitées après l'activation de ressources internes.

 

Il revient d'abord à l'équipe éducative et au CPMS de mettre en place et d'assurer un accompagnement/suivi de l’élève, en s'appuyant notamment sur les possibilités offertes par la base légale. Selon le contexte et les besoins de l'école, il est possible, dans l'enseignement secondaire par exemple, de créer un DIAS, Dispositif Interne d'Accrochage Scolaire.

 

1. Votre Centre PMS

 

Une approche particulière/renforcée de la prise en charge peut être envisagée avec votre CPMS pour les élèves pour lesquels les premiers signes de décrochage sont observés, avant même le seuil relatif au signalement obligatoire, et quand le décrochage commence à s'installer.

Dans ce contexte de « repérage précoce » et de prévention, le CPMS constitue le partenaire privilégié avec lequel l’école peut établir des stratégies (collectives et/ou individuelles) destinées à favoriser l’accrochage scolaire (mise en place de projets, travail sur les relations école-famille…). Entre autres choses, le partenariat "équipe éducative - Centre PMS) peut mobiliser les intervenants qui gravitent dans l’environnement proche de l’école (qu’ils soient actifs ou non dans des dispositifs de concertation, comme par exemple les représentants d’AMO, de SAJ, ou d’asbl diverses).

 

2. Services de l' Administration Générale de l'Enseignement (AGE)  : Equipes mobiles / Intervenants psycho-sociaux

 

Lorsque la situation d’absentéisme perdure et/ou que le contact avec l’élève est interrompu, malgré les actions et contacts pris par l’école et le CPMS, il peut être fait appel aux agents de terrain de la DGEO (Direction générale de l’enseignement obligatoire) : les équipes mobiles / intervenants psycho-sociaux (EM/IPS).

Le Service des Équipes Mobiles, composé d’intervenants extérieurs aux écoles, a pour mission d’intervenir, notamment :

  • en cas d’absentéisme scolaire (situation d’un élève qui fréquente irrégulièrement l’établissement scolaire et s’en absente de façon injustifiée), uniquement dans l’enseignement fondamental ;

  • en cas de décrochage scolaire (élève soumis à l’obligation scolaire qui est inscrit dans un établissement mais ne l’a pas de fait fréquenté sans motif valable ou élève qui n’est inscrit dans aucun établissement scolaire et qui n’est pas instruit à domicile) ;

  • de manière anticipative, au cas où l’équipe éducative souhaite se préparer à réagir en situation de crise.

Les intervenants psycho-sociaux (EM/IPS), tout en restant en contact étroit avec l’école/le CPMS, et tout autre intervenant déjà mobilisé (et renseigné par l’école/le CPMS), sont en mesure d’établir un contact (notamment, en se rendant au domicile de l’élève), d’identifier les causes de la rupture avec l’école, et de travailler l’accrochage en collaboration avec les acteurs/services adéquats (AMO, SAJ, CPAS, associations diverses...).

Au besoin, le service des équipes mobiles/intervenants psycho-sociaux (EM/IPS) pourra être actionné par l’Administration, sans demande expresse de l'école. Dans ce cas, l'agent des EM/IPS contacte l'école pour obtenir des informations et mettre en place son intervention.

 

3. Services de l'Administration Générale de l'Aide à la Jeunesse

 

  • Les services AMO (Actions en Milieu Ouvert)

 

L'AMO est un service qui apporte une aide aux jeunes dans leur milieu habituel de vie (famille, école...). L'objectif prioritaire d'une AMO est d'aider les jeunes à s'épanouir dans leur milieu de vie et dans leurs rapports avec l’environnement social (notamment à l’école, dans la famille, les quartiers…) :

  • en leur apportant une aide individuelle ; 

  • en soutenant leurs projets ; 

  • en les aidant à résoudre leurs difficultés (familiales, scolaires, administratives, juridiques...). 

L'aide accordée par une AMO est gratuite, confidentielle et anonyme. Il existe plus de 80 AMO à Bruxelles et en Wallonie.

Dans le cadre de leur mission d’aide préventive, les services AMO développent également des collaborations régulières avec les établissements scolaires (animations au sein de l’école, articulation avec le quartier, par exemple).

 

  • Les Mado (Maison de l’adolescent)

 

La Maison de l'Adolescent est un lieu d'accueil, d'écoute, de prise en charge, d'information et d'orientation.

Ce service s'adresse aux jeunes âgés de 11 à 22 ans mais peut accueillir également les parents, les familles, les professionnels qui rencontrent des difficultés dans l'accompagnement des adolescents.
La mission de la Maison de l'Adolescent est de fédérer en un seul lieu les compétences des partenaires de champs très différents, de travailler en réseau et en complémentarité afin d'être un relais efficace pour l'adolescent, sa famille et les professionnels.

Les MADO interviennent de manière inconditionnelle, non-contraignante et en garantissant l’anonymat.

  • Les SAJ (Services d’Aide à la Jeunesse)

Les SAJ dépendent de l’Administration générale de l’Aide à la Jeunesse. Il existe un service par division judiciaire (13 pour toute la Fédération Wallonie-Bruxelles).

La principale mission du Service d'aide à la jeunesse est d'aider les jeunes en difficulté ou en danger.
Le conseiller et le SAJ proposent donc une aide aux jeunes de moins de 18 ans en difficulté et aux enfants considérés « en danger » (c'est-à-dire dont la santé ou la sécurité est menacée). Le SAJ peut aussi venir en aide aux parents qui en font la demande parce qu'ils rencontrent des difficultés avec leur(s) enfant(s).

Le SAJ intervient donc à la demande des jeunes ou de leur famille. Il peut aussi intervenir parce que des inquiétudes lui ont été transmises par une personne extérieure à la famille, par un service, par une école ou par le parquet.

Lors de la réception d’une demande, le Conseiller examine, avec le jeune et/ou sa famille, l’aide la plus appropriée qui peut être apportée à la situation, soit en orientant vers un autre service, soit en proposant un programme d’aide, soit le cas échéant, en clôturant l’intervention.

Les coordonnées des SAJ : 

 

4. Dispositifs intersectoriels (AGE / AGAJ)

 

  • Site accroch’AJE

Créé dans le cadre du dispositif de politiques conjointes entre l’Enseignement et l’Aide à la Jeunesse, ce site internet reprend de nombreuses informations sur la concertation entre les deux secteurs : documentation, base légale, description des dispositifs intersectoriels, exemples de pratiques inspirantes, de projets mis en place, outils face au COVID-19… Les actions présentées concernent la lutte contre le décrochage mais aussi d’autres thématiques (bien-être, prévention des violences…). 

Une carte interactive liste les concertations intersectorielles ‘Aide à la Jeunesse-Enseignement’ sur l’ensemble du territoire de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

 

  • Les Facilitateurs

 

Dépendant à la fois du service général de la prévention de l’AGAJ et de la DGEO, l’équipe des facilitateurs « Enseignement/Aide à la Jeunesse » a pour mission de soutenir la mise en œuvre du dispositif de concertation entre les deux secteurs au niveau local (écoles), intermédiaire (plateformes) et global (autorités de pilotage).

A ce titre, ils ont développé une très bonne connaissance des initiatives existant localement en matière d’accrochage scolaire, et alimentent en ce sens le site Accroch’AJE mentionné ci-dessus.

 

  • Les Services d’Accrochage Scolaire (SAS)

 

Les SAS constituent un dispositif intersectoriel chargé d’ accueillir et d’offrir une aide temporaire à des jeunes mineurs en rupture avec l’école, principalement issus de l’enseignement secondaire, répondant à l’un des profils suivants :

  • Exclus et ne pouvant être réinscrits ;

  • Non-inscrits et non instruits à domicile ou inscrits mais n’ayant pas fréquenté l’école ;

  • Inscrits et en situation d’absentéisme, de décrochage ou en situation de crise au sein de l’école.

 

La prise en charge des jeunes se fait sur base volontaire, à l’initiative du jeune, de ses parents, ou encore de l’école, du Centre PMS, d’une Commission d’aide à l’inscription (CZI), d’un SAJ…

Les SAS ont pour mission d'apporter une aide sociale, éducative et pédagogique aux mineurs, par l'accueil en journée, ainsi qu’une aide et un accompagnement en lien avec le milieu familial ou de vie du jeune. Pour ce faire, les SAS proposent des activités qui permettent d'améliorer leurs conditions de développement et d'apprentissage.

L'objectif de chaque prise en charge par un service d'accrochage scolaire est le retour du jeune, dans les meilleurs délais et dans les meilleures conditions possibles, vers une structure scolaire ou une structure de formation agréée dans le cadre de l'obligation scolaire.

La durée de prise en charge du jeune est de 3 mois, renouvelable 1 fois. La prise en charge ne peut dépasser au total six mois par année scolaire et une année sur l'ensemble de la scolarité du mineur.

5. Un service clé de l'AGE / DGEO : le Service du Droit à l’instruction (SDI)

 

Le Service du Droit à l’Instruction de la Fédération Wallonie-Bruxelles s’assure que l’ensemble des mineurs en âge d’obligation scolaire bénéficient d’une instruction. Il poursuit une double mission :

  1. Il contrôle l’inscription scolaire en vérifiant que chaque enfant est inscrit dans une des filières d’enseignement permettant de répondre à l’obligation scolaire.

  2. Il contrôle la fréquentation scolaire en vérifiant que chaque enfant inscrit dans une école de la Fédération Wallonie-Bruxelles la fréquente de façon régulière.

Les écoles contribuent à cette double mission en :

  • communiquant à la rentrée scolaire la liste des élèves inscrits ;

  • communiquant le nombre de demi-jours d’absence injustifiée des élèves. Pour rappel, un premier signalement est obligatoire à 9 demi-jours, puis mensuellement si l’absentéisme perdure.

Afin de garantir le droit à l’instruction de chaque élève, la collaboration de toutes les écoles est indispensable.

 

 Services organisés ou subventionnés par la FWB en lien avec la lutte contre le décrochage

Ce tableau récapitulatif permet d'identifier les services intervenant au niveau de l'élève et/ou pouvant accompagner les écoles dans leur réflexion sur la thématique de l'accrochage/du décrochage.

Plus d'informations sur les dispositifs et services présentés  :