Exemples de questions
  • Comment mesurer l'amplification du décrochage scolaire depuis la crise COVID-19 ? 

  • Avez-vous pu distinguer plusieurs formes de décrochage au-delà du phénomène d'absentéisme ?

  • Avez-vous identifié différents facteurs de risque pour mettre en place des stratégies adaptées ?

  • Qu’avez-vous pu mettre en place pendant cette période pour gérer le décrochage ? 

  • Quelles mesures propres à prévenir les différentes formes de décrochage avez-vous imaginées ?

  • Avez-vous pu vous baser sur des dispositifs déjà existants ?  

  • Qu’est-ce qui a bien fonctionné ? Comment le poursuivre ? 

  • Quels ont été les freins ? Quels sont ceux que vous avez réussi à lever ? 

  • Quels ont été les leviers et opportunités ? Sont-ils activables à tout moment? 

  • Sur qui avez-vous pu compter, en interne et en externe ? 

  • Quelles sont les perspectives, en fonction des différentes hypothèses prévues par la circulaire pour les écoles secondaires (code vert, jaune, orange et rouge) ? 

  • Dans quelle mesure le travail collaboratif peut-il intervenir dans cette problématique ? 

  • Quels sont les moyens éventuellement à disposition pour mettre en place et/ou accentuer, dès la rentrée, le processus / le travail d'accrochage scolaire ? 

  • Toute autre question pertinente que vous jugez utile de vous poser. 

Description du concept

Le décrochage est un mal profond de notre enseignement qui s’est encore renforcé pendant la période de confinement. 

 

Au niveau décrétal, sont considérés comme en décrochage :

  • les élèves en situation de « déshérence » (élèves inscrits dans un établissement mais qui ne s’y sont pas présentés un seul jour depuis la rentrée scolaire),

  • les élèves en situation d’absentéisme qui comptabilisent 9 demi-jours d’absence injustifiée (et font l’objet d’un signalement au SDI),

  • les mineurs non-inscrits.

Ce concept s'applique plus largement toutefois et ne se limite pas à cet aspect.

Il concerne au fond tant le désinvestissement dans le travail scolaire (une accumulation de retards et d’échecs), que l’abandon, partiel ou total, de la fréquentation du milieu scolaire. 

 

La littérature s’accorde à dire que le décrochage constitue un processus multifactoriel complexe – lié à des facteurs individuels, familiaux, sociaux, scolaires, entre autres – amenant progressivement un élève à se désaffilier de sa scolarité ou du système scolaire. L’expression ultime de ce processus de décrochage est l’abandon scolaire précoce.

 

 

Chaque établissement peut agir efficacement sur les causes qui lui sont propres et liées aux domaines d’accompagnement. 

 

L’accrochage scolaire, dont la différenciation peut être un des outils adéquats, se construit aussi au sein des classes.

L’école ne peut, par contre, pas tout gérer, c’est précisément pourquoi on l’invite à mobiliser les acteurs de son environnement proche.